L'atelier de Guy

4° épisode

Modèle de Paillebot " El Nuevo Corazon"

Bateaux devenus la caractéristique du cabotage catalan du début du XXème, ces navires étaient construits, la plupart du temps, sur les plages des localités catalanes à même le sable ; bien construits par des maitres charpentiers dirigeant le chantier, ils recrutaient sur place leurs équipes du forgeron au scieur de long, calfat, menuisier. Ces équipes de solides ouvriers allaient de chantiers en chantiers en fonction de la demande dans leur spécialité.

Ils étaient construits pour les transports océaniques à destination des possessions espagnoles d'Amérique du Sud après que Cuba se libère des autorités espagnoles en 1898, le trafic diminue fortement avant de cesser définitivement.

paillebot2.bmp

Pour leur nouvelle utilisation. leur gréement carré se transforme en gréement goélette plus propre aux transports méditerranéens et désormais sont appelés "des paillebots". Cette appellation est certainement la déformation phonétique de "pilot boat". Avec son gréement plus facile à manceuvrer et un port en lourd plus important, ils prennent petit à petit la place des balancelles gréées en latin et de capacité plus réduite (LLIAUTS et les Barcas de Mitjana).

Ces paillebots faisaient port à Port Vendres, Sète et Marseille. Leur cargaison était en grande partie constituée d'oranges en provenance de Valence ou Soller (Baléares).

On était obligé de recourir aux transports maritimes car les écartements de voies du chemin de fer espagnol étaient différents du reste de l'Europe et une rupture de charge nécessaire à la frontière ajoutait des frais.

 

Je crois me rappeler que cet kat de fait a perduré jusqu'à la mort du Général Franco.

 

Les oranges étaient chargées en vrac dans les bateaux et étaient déchargées à la main dans des couffins en alfa souvent par les femmes, si courageuses, des quartiers du port. Le bateau était relié au quai par un simple planchon souvent dune stabilité douteuse...

paillebot1.bmp

Une partie de ces chargements d'oranges étaient a destination de I'usine PICON (cet apéritif avait été inventé par Gaston PICON  pour servir d'anti-paludisme aux troupes qui débarquèrent en Algérie en 1830).

 

Cette boisson devait contenir des zestes d'orange donc on devait peler les oranges pour l'usine et que pour rien ne se perde, on revendait bon marché ces oranges pelées que nous appelions des "picons".                                       

Les paillebots faisaient des rotations régulières entre Soller et les ports francais. Ils étaient empruntés par les families des habitants de Soller (ce qui est le cas de la famille de mon épouse) qui avaient le desir de s'installer en France, en Belgique et en Hollande pour ouvrir exclusivement des commerces de fruits et légumes. Ils faisaient venir en France des membres de leur famille pour travailler dans ces commerces qui nécessitaient des horaires de 70 a 80 heures par semaine. Ils travaillaient en confiance avec leurs compatriotes qui allaient et venaient de leur ile d'origine.

Nous avons eu à Marseille un très beau paillebot qui fut transformé en bateau restaurant. Cette majestueuse coque a coulé une nuit et le Marseillois, superbe voilier traditionnel a disparu dans les eaux du Vieux port.