Marina avec Erasmus+

rosebleu.png

Boud’Rhône a participé, du 29/11 au 4/12/2021 avec plus de 20 autres participants à un séminaire Erasmus +, piloté par Aventure Pluriel autour du musée de l’anchois et du sel et de la fête du sel à l’Escala (Catalogne).

Le sujet était l’étude des moyens mis en œuvre par un village côtier en s’appuyant sur la mémoire et l’histoire locale récente pour développer un musée basé sur les traditions populaires ainsi qu’une fête annuelle et préserver les traditions face au développement touristique.

 

J-1 → Sous le signe du vent

L’Escala, Costa Brava, Catalogne, Espagne… La tramontane furieuse dans la baie de Rosas et rencontre avec la chaleureuse Lurdes Boix, directrice du Musée de l’anchois et du sel, historienne, archiviste et figure locale incontournable de la vie politique et culturelle à l’Alfolí de la sal (le grenier à sel), édifice emblématique classé “bien culturel d’intérêt national” de la station touristique, presque déserte en cette saison creuse. Un premier aperçu de la richesse du paysage culturel catalan, dans ce grenier qui n’est pas qu’un musée, mais aussi un auditorium, un lieu d’exposition, un mausolée consacré à Victor Català, gloire littéraire originaire du village.

J-2 → Sous le signe du sel

Musée de l’anchois et du sel. Où on nous explique comment est venue l’idée de mettre en valeur le sel, élément essentiel de la conserverie des anchois, jusqu’à la fête du sel, manifestation culturelle qui dynamise le cœur du village et son activité principale, autour de la pêche, avant le développement touristique sur toute la côte catalane. La fête du sel aura 25 ans en 2022 et sa reconnaissance, en tant que patrimoine immatériel auprès de l’Unesco, mobilise toutes les volontés, des habitants aux édiles, des commerçants à la prud’homie des pêcheurs. L’Alfolí i la Festa de la Sal a l’Escala est un ouvrage signé Lurdes Boix édité en 2007. 

J-3 → Sous le signe de la pierre

À l'entrée du village, à Empuries, se trouve le plus grand site archéologique gréco-romain d’Espagne, mis au jour, fouillé et exploité à partir de 1908 et dont on nous dit que seulement 20 % auraient été découverts sur une surface dans la visée des promoteurs immobiliers qui voulaient y construire un golf et quelque 350 villas de luxe, “solution” pour contrer la ruée des touristes de masse ! Lurdes nous explique comment la médiatisation et la mobilisation des “locaux” a définitivement enterré le projet. 

J-4 → Sous le signe de l’anchois

Visite d’une conserverie d’anchois parmi les 5 survivantes de la riche époque où les pêcheurs avaient aussi mis en place leur usine de conserve. Un petit musée jouxte l’usine et on peut voir les employées travailler à faire rayonner le label de qualité défendu courageusement par l’entreprise. La disparition de la ressource en Méditerranée est un sujet sensible. 

J-5 → Sous le signe de la fête

Après la visite du dernier charpentier marine du village où nous avons pu, enfin, toucher du bois, la cuina del peix préparée par les pêcheurs titille nos papilles, l’ambiance est chaleureuse, guitare et chants traditionnels accompagnent ce festin de la mer et la farandole. Ce séjour, riche en découverte du patrimoine catalan pas seulement maritime l’est encore plus grâce aux rencontres que l’on a pu faire. Une belle escale en résumé, nous reviendrons très certainement ! Rendez-vous l’année prochaine pour la fête du sel et ses trois perles (dixit Lurdes) le troisième week-end de septembre… Adéu catalunya !

Erasmus.png

Photo : © Dominique Meyer-Bisch